C’est la saison des tomates !

Ils est temps de récolter les graines pour les semis de l’année prochaine.
Ce n’est pas très compliqué. Suivez le guide !

  1. Sélectionnez vos plus beaux spécimens sur une plante saine.
  2. Coupez les en 2 et évidez la tomate à l’aide d’une petite cuillère. Juste le liquide et les graines, gardez la chair pour une bonne salade 🙂
    Versez le tout dans des petits verres et étiquetez bien ceux-ci.
  3. Entreposez les pots sur votre appuis de fenêtre et patientez…
  4. Au bout de 3-4 jours, un pellicule de moisi se forme en surface. Ne vous alarmez pas , c’est tout à fait normal. De bonne petites bactéries vont nettoyer la graine à votre place.
  5. Enlevez la pellicule, versez le liquide dans un chinois et rincez abondamment.

  6. Faites sécher les graines sur du papier journal. N’oubliez pas de transposer vos étiquettes.

    Le tour est joué.
    A l’année prochaine pour les semis de mars.

    NB: L’hybridation des tomates entre-elles est très réduite. La fleur est hermaphrodite et s’auto-féconde grâce à sa morphologie avantageuse (tube d’étamines autour du pistil). Mais nous ne sommes pas à l’abris (5%) d’un petit pollinisateur venant d’une autre fleur de tomates décidant de butiner une fleur mal formée (étamines non soudées ou pistil trop long).

Plantons nos Aulx

Les perces-neige et les noisetiers fleurissent, c’est le moment de planter l’ail, les pois et les fèves directement en pleine terre !

 

Ici, j’ai choisi de vous parler de l’ail.

La première étape consistera à diviser vos têtes d’ail et de sélectionner les plus belles gousses. Le plus souvent, celles qui sont positionnées en périphérie. Chaque année, j’en plante une centaine. Ce qui me permet de tenir toute l’année, d’en offrir aux personnes que j’aime et d’en garder pour la prochaine plantation.

Ensuite, on enfile ses chaussures et direction le potager.

Le choix de l’emplacement est important. Celui-ci doit être bien drainé et ensoleillé. Les caïeux d’ail ne supportent pas avoir les pieds dans l’eau et aiment la chaleur.
Lorsqu’on a choisi le bon endroit, on enlève le paillage et détruit les éventuelles galeries creusées par les campagnols.

Ça y est, on peut commencer à planter !
Orientez la partie pointue vers le haut et la partie plus dure et aplatie vers le bas car c’est à cet endroit que les racines vont apparaître.

Veillez à maintenir une distances de minimum une main (10 cm).
Ne les enfouissez pas trop bas, 2 à 3 cm suffise.

Remettez la terre de niveau.

Attention, si des poules ou des chats se baladent dans votre potager ! Prévoyez de positionner un grillage ou un filet au-dessus de la zone de plantation , le temps que les plantules pointent le bout de leur nez et atteignent une dizaine de centimètre.

Maintenant, il n’y a plus qu’à attendre jusqu’en juillet…

Prochain article lors de la récolte > le tressage 🙂